Portrait

« Avoir les mains dans la terre me procure toujours beaucoup de joie.
Mes muses sont les objets qui associent à une utilité quotidienne une quête d’inconnu.
Quelqu’un a dit un jour en voyant mes pièces quelles semblaient les témoins de civilisations englouties.
J’essaie d’allier à une expression « primitive », une perpétuelle expérimentation à base de techniques comme l’association de différentes argiles, le papier-céramique, le transfert d’images photographiques. »

Valeria PolsinelliL’histoire commence en Italie, à Florence, il y a 30 ans. Une recherche pour un cours d’histoire de l’art mène Valeria Polsinelli devant des vases crétois. Coup de foudre. Elle part en France et intègre une école de poterie, le CNIFOP à St. Amand en Puisaye, où elle tourne presque jour et nuit. Une autre année dans une usine d’art de la table, puis elle démarre de petites séries en grès, vases, théières. Elle suit des cours de dessin et de sculpture à l’Ecole Boulle et après une formation de designer à L’ENSCI à Paris, elle installe à Montreuil un nouvel atelier-école «Graines de terre» qui accueille de nombreux stagiaires.

En parallèle sa production évolue dans plusieurs directions, vaisselle, pièces décoratives. Les surfaces de ses céramiques jouent entre le brillant, le satiné et le mat, le rugueux et le toucher suave.

Ramassant des cailloux sur une plage sicilienne, l’idée lui est venue de faire des bijoux, des graines de porcelaine associant le blanc doux de l’émail satiné à des couleurs vives ou à des photos, images de fragments de villes ou d’écritures.

Et puis il y a la sculpture, la femme, axe à la fois stable et léger, vase dépositaire de culture, support de mémoire, d’histoires racontées sur sa robe.

Surmontées de coiffes qui évoquent toutes les cultures du monde, leurs visages aux yeux mi-clos ont le sourire bienveillant des sculptures de l’Egypte ancienne ou de Bouddhas asiatiques. Plus encore qu’un hommage à la force des femmes connues ou anonymes, c’est le féminin de l’être que l’artiste souhaite célébrer.

Valeria a participé à l’élaboration du livre Secrets d’atelier «Les poteries» chez Solar.

L’ouverture d’un nouvel atelier en Normandie et la collaboration avec un apiculteur ont abouti à la création d’une ruche fonctionnelle et décorative appréciée aussi par les abeilles.

extraits d’un article de Pascale Nobécourt

La page facebook de Valeria Polsinelli

« Exprimer la force du féminin. Simplicité et raffinement avec une recherche permanente de nouvelles associations de terres et textures. »
« Céramique anthropomorphe, les visages croisés sur le chemin, les textures urbaines et minérales. »

Vidéo réalisée par Evelyne Pérard pour Artsatis.